En 1971, Tanabe Tetsundo et quelques uns des meilleurs escrimeurs japonais s’associèrent. Bien qu’ils étaient assez traditionalistes, ils reconnurent que leur société changeait rapidement et que ce que les gens ont appris 100 ans plus tôt intéressait moins les adolescents du XXème siècle, de plus en plus attirés par les sports ludiques occidentaux.

Avec un peu d’innovation et d’aide de la part des sciences et technologies, il conçut un système dans lequel les armes sont matelassées mais pas les combattants, ceci leur permettant une liberté de mouvement totale puisque le seul équipement requis est une arme et un casque léger.

De là est né le Sport Chanbara, art martial basé sur le goshinjyutu, l’art de la self-défense et de l’escrime libre.

Cette discipline s’est propagée à travers le Japon, elle a même été reconnue par le département de l’éducation du Japon et beaucoup d’écoles inclurent le Sport Chanbara dans l’éducation physique des enfants.
Une des raisons de son succès est l’absence de règles restrictives. Le Sport Chanbara se veut l’héritier direct et fidèle des combats livrés entre samouraïs de par son esprit et son réalisme. A la différence d’autres arts martiaux, le Sport Chanbara n’a pas subit de codification extrême puisque tous les coups susceptibles de défaire l’adversaire sont admis.

Il nous apprend donc qu’il n’y a pas de mauvaise manière de combattre : un des pratiquants peut avoir des techniques du kendo pendant que son adversaire utilise des techniques de l’escrime européenne. Les deux peuvent s’entraîner avec les mêmes armes et combattre avec la même règle – couper sans se faire couper – et sans la crainte de blesser la personne en face de soi.

 
Le sport chanbara se pratique les pieds nus et vêtu d’un kimono blanc avec ou sans manches (dans ce cas, un tee-shirt à manche longue et de couleur uni sera porté dessous). Il est conseillé de porte des gants, sans armature rigide.
Les pratiquants portent un casque léger pour protéger la tête.
 
L’un des aspects divertissant du Sport Chanbara est la diversité des armes en mousse utilisées. Le pratiquant commençant par le sabre court, arme la plus facile à manier, pourra essayer, suivant ses progrès, le sabre long, les deux à la fois, la lance, le poignard, …
 
Le combat dans le Sport Chanbara ne se fait pas seulement à arme égale, chacun peut prendre l’arme de son choix ; on peut se battre même contre plusieurs adversaires ou plusieurs contre plusieurs, rejoignant ainsi le réalisme des champs de bataille d’autrefois.
 
Voici le contact du club de Chanbara que nous avons en Normandie. Voir ci-dessous « Seine Maritime »

Liens et Contacts des clubs Normands de CHANBARA

Il n’y a pas de club de Chanbara affilié au CNK dans le Calvados

Il n’y a pas de club de Chanbara affilié au CNK dans l’Eure

Les Disciplines rattachées au CNK ne sont pas représentées dans le département de la Manche

Core Kobukan Chanbara – Elbeuf
Benjamin DESENCLOS : 06 34 26 33 43

Les Disciplines rattachées au CNK ne sont pas représentées dans le département de l’Orne

Fermer le menu
×

Panier

Facebook

Social LikeBox & Feed plugin Powered By Weblizar